Obtention des visas français pour les professionnels du transport TIR: La cacophonie

En cette situation inédite de pandémie, et alors que le Maroc continue de maintenir sa stratégie de croissance et que la campagne d’agrumes et primeurs est imminente, l’incompréhension est totale quant à la nouvelle démarche pour d’octroi de visas français pour les professionnels du Transport International Routier de marchandises.
La centralisation inexplicable des services consulaires de « visas » au niveau des consulats généraux français à Casablanca et à Rabat, suscite de nombreuses interrogations de la part des opérateurs du transport international de marchandises, d’autant plus que le nombre de refus de visas professionnels a atteint un niveau record et inquiétant, auquel s’ajoute le fait que les chauffeurs routiers du TIR de marchandises qui bénéficiaient auparavant de visas de moyenne et longue durée, se voient attribuer des visas de courte durée (3mois), lorsque ce n’est pas un rejet.
Il n’est pas sans rappeler que cette nouvelle stratégie incompréhensible de la part de l’Ambassade de la République Française à Rabat, outre le fait qu’elle soit inacceptable, implique d’une part des répercussions néfastes sur les échanges commerciaux par route entre le Maroc et la France et dans un autre cadre, impacte la trésorerie des entreprises de transport, en raison de l’immobilisation de leurs chauffeurs et des frais engendrés pour le dépôt de dossiers de renouvellement des visas, d’autant plus que le traitement centralisé des dossiers implique un allongement dans la durée d’obtention de visas (20 jours).
Contactée à ce sujet, l’AMTRI-MAROC a précisé que face à cette situation qui perdure et suite aux plaintes de plus en plus nombreuses des opérateurs ne pouvant honorer leurs engagements vis-à-vis de leurs donneurs d’ordre, pour éviter le pire et trouver une solution adéquate, plusieurs écrits ont été adressés aux différents ministères concernés (Ministre de l’Equipement du Transport de la Logistique et de l’Eau, Ministre des Affaires Etrangères de La Coopération Africaine et des Marocains Résidant à L’étranger et Ministre de l’Agriculture, de la Pêche Maritime, du Développement Rurale et des Eaux et Forêts )
Et à Son Excellence l’Ambassadrice de la République Française
Aucune amélioration n’a été constatée à ce jour, bien au contraire la situation n’a fait qu’empirer, ce qui fait craindre pour l’activité du TIR de marchandises et, par la, pour les échanges commerciaux entre les deux pays.

مقالات ذات صلة

اترك تعليقاً

لن يتم نشر عنوان بريدك الإلكتروني. الحقول الإلزامية مشار إليها بـ *

error: Content is protected !!
إغلاق